CBSP – Partenariat pour la Conservation de la Biodiversité : Financement durable des Systèmes d’Aires protégées du Bassin du Bassin du Congo - PIMS 3447

CONTACT :

Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo: Tél. : (+237) 222 20 08 00 
financeapbassincongo@undp.org

©2018 UNDP Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo

(photo principale ©Thomas Breuer) 

PROJET :

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône sociale YouTube

RÉSEAUX SOCIAUX :

République du Congo : mobilisation pour le financement durable des Aires Protégées

Première réunion du Comité de pilotage national du Projet régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo


Le gorille est une espèce menacée d’extinction à l‘état sauvage en République du Congo

Le Ministère de l'Économie Forestière de la République du Congo a organisé son premier comité de pilotage national du projet régional « CBSP - Partenariats pour la conservation de la biodiversité : Financement durable des systèmes d'aires protégées dans le bassin du Congo - PIMS3447 », le 17 novembre 2018, en salle de conférence dudit ministère, à Brazzaville.


Ce projet régional est une initiative de six pays membres de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) : la République du Cameroun, la République du Congo, la République du Gabon, la République de Guinée Équatoriale, la République Centrafricaine et la République Démocratique du Congo. L’objectif du projet est d’améliorer durablement le financement des systèmes d’aires protégées dans la sous-région à travers entre autres, le renforcement des capacités et des cadres institutionnels, ainsi que la mise en place de mécanismes modèles pour la viabilité financière à long terme de ceux-ci et des écosystèmes associés dans les six pays concernés. Le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) finance ce projet, qui est mis en œuvre en partenariat avec la COMIFAC sous la coordination du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).


En République du Congo, la première réunion nationale du comité de pilotage a permis de présenter les objectifs généraux et les résultats attendus, d’évaluer les progrès réalisés en 2018 et d’échanger autour des priorités de l’année 2019 pour ce projet. La cérémonie d’ouverture et la présidence des travaux, ont été assurées par M. Joseph Moumbouilou, Directeur Général de l’Économie Forestière et Coordonnateur national COMIFAC. Dans son allocution d’ouverture, il a rappelé l’engagement de la République du Congo depuis quelques années dans le domaine de la conservation de la biodiversité. Cette réunion a réuni des représentants de différents ministères et des ONG, ainsi que les points focaux du PNUD, du FEM et de la CDB. L’Unité de coordination du projet était représentée par sa coordinatrice régionale, Mme Aline MALIBANGAR.


Participants du comité de pilotage à Brazzaville

Au Congo, la mise en œuvre globale du plan d’action 2018 fut évaluée à 87,5%. Le projet a démarré en février 2018 avec le recrutement des deux experts nationaux. Cette première année a permis de mettre en place d’un cadre de concertation multisectoriel regroupant plusieurs acteurs et de réaliser une collecte de données dans les aires protégées. Cette collecte a porté sur un éventail de données parmi lesquelles, les besoins financiers, les mécanismes existants de financement, l’écotourisme, le payement des services environnementaux, etc. Au total, quatre aires protégées dont la réserve naturelle des gorilles de Lésio-Louna, le Parc National de Nouabalé Ndoki, le Parc National d’Odzala-Kokoua et le Parc National de Conkouati-Douli ont abrité ladite collecte. Le projet a déjà quasiment atteint l’intégralité de ses objectifs pour l’année 2018 et, grâce à cet atelier, les membres du comité de pilotage de la République du Congo sont fortement mobilisés pour soutenir ce projet axé sur le financement durable des aires protégées.