CBSP – Partenariat pour la Conservation de la Biodiversité : Financement durable des Systèmes d’Aires protégées du Bassin du Bassin du Congo - PIMS 3447

CONTACT :

Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo: Tél. : (+237) 222 20 08 00 
financeapbassincongo@undp.org

©2018 UNDP Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du Bassin du Congo

(photo principale ©Thomas Breuer) 

PROJET :

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Icône sociale YouTube

RÉSEAUX SOCIAUX :

Conservation de la biodiversité : 150 solutions de financement identifiées par le PNUD

Mis à jour : 4 déc 2018




Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ses partenaires mobilisent pour trouver des financements innovants pour mieux protéger la biodiversité à travers le monde. Dans le bassin du Congo, par exemple, le « Projet Régional de Financement durable des Aires Protégées du bassin du Congo » travaille sur le financement de la conservation de la biodiversité, grâce au financement du Fonds mondial pour l’environnement. Ce projet de financement des aires protégées est implémenté dans la sous-région par le PNUD et son partenaire d’exécution la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC).

Mais la crise de la biodiversité est globale et une implication plus importante du secteur financier est nécessaire à tous les niveaux. C’est le sens de l’appel lancé par Midori Paxton, dans son article « Il est temps de se mobiliser pour la nature » (It's time to take a stand for nature), publié sur le site du PNUD. Midori Paxton est conseillère technique principale et responsable des écosystèmes et de la biodiversité au sein de l’Unité du financement environnemental au PNUD et lance un appel aux responsables financiers à se joindre au débat pour protéger la nature.

En effet, les réactions à la crise globale de la biodiversité se font attendre. Le Fonds mondial pour la nature, WWF, a publié récemment son rapport « Planète vivante 2018 » et lancé la sonnette d’alarme puisque les humains ont tué 60 % des animaux entre 1970 et 2014.

Pourtant, les possibilités disponibles dans les pays pour le financement de la biodiversité dans les pays sont très nombreuses. Le PNUD et son initiative de financement de la biodiversité, BIOFIN, ont répertorié plus de 150 types de solutions de financement de la biodiversité, qui sont disponibles pour les pays afin de mobiliser et de mieux gérer les ressources financières pour la conservation de la biodiversité. Le financement de la conservation et de la préservation des écosystèmes et de la biodiversité n’a été considéré comme une priorité majeure du développement que récemment. Pour mobiliser des ressources pour la conservation et mieux gérer l’argent disponible, il est essentiel de cibler les sources de financement et faire un plaidoyer auprès des dirigeants. L’objectif principal du programme BIOFIN est d’engager un dialogue avec les structures financières de chaque pays et d’impliquer des ministères des finances et de la planification, ainsi que du secteur privé.

De plus, les États membres de la Convention sur la diversité biologique de l’ONU se réunissent en ce moment pour la 14e Conférence des Parties (COP-14) en Égypte. Le PNUD et son programme BIOFIN organisent conjointement avec la Convention sur la diversité biologique une série d’événements axés sur le financement lors de cette conférence internationale. Les dirigeants financiers de divers secteurs discuteront de la mise en place d’un programme de financement de la biodiversité au cours des dix prochaines années, au-delà des objectifs de biodiversité d’Aichi 2020 et dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD).

L’avènement des ODD, l’adoption de l’Accord de Paris et l’élaboration d’une stratégie post-2020 pour la biodiversité constituent une occasion unique de définir le programme de financement pour la biodiversité pour le futur.

- Découvrir l’article de Midori Paxton sur le site du PNUD : It's time to take a stand for nature (en anglais).